Pages

dimanche 12 décembre 2010

Paris de ma fenêtre, Colette.

J'avais trouvé ce bouquin en brocante, il y a deux-trois ans. je ne l'ai pas encore lu entièrement, car je le trouve tellement extraordinaire que je veux le savourer le plus longtemps possible...
Il s'agit de petites chroniques, qui semblent écrites en réponse à des courriers de femmes que recevait Colette entre 1940 et 1943. L'édition date de 1944. Peut-être ces chroniques étaient-elles publiées dans un journal? Je n'en sais rien, si l'une de vous est renseignée, ça m'intéresse!
Les sujets abordés sont très pratiques, et comme toujours, ce sont ces descriptions du quotidien féminin que j'adore chez Colette. C'est très prosaïque, et c'est ce que j'adore dans ce bouquin. Bien plus efficace qu'une leçon d'histoire.
Dans l'extrait que je vous cite, elle aborde le chapitre vestimentaire, et le manque de tissus...


La prévoyante de pur-sang, qui a sa provision de costumes tailleurs et de chemisiers, n'est pas intéressante. Blâmons-la de stocker l'élégance et donnons notre attention à l'industrieuse qui, dans peu de temps, se vouera à son miracle favori, c'est-à-dire faire de rien quelque chose. D'un drap de lit usé au milieu elle tirera d'abord trois blouses d'été, pure toile de lin, puis un lot de petits essuie-verres, essuie-mains, essuie-tout. Cependant, une autre virtuose, qui gardait en pièces trois douzaines de torchons de fil, les assemble et confectionne un drap de lit.
Madame, vous possédez deux jupes étroites que la mode condamne et que l'usage défraîchit? L'une est beige, l'autre marron? Vous ensachez l'une dans l'autre, tête bêche, et vous ferez si bien que le haut de l'une fournisse, découpée en pointes, l'ampleur qui manque à l'autre. Un peu comme les triangles du jeu de jacquet, vous voyez d'ici?
(...) Fouillez, fouillez Paris, fouillez votre imagination, vos armoires, affûtez votre oeil, votre flair! N'y-a-t'il pas, dans une boutique obscure d'Ile-de-France ou de Bretagne, un de ces "gilets à manches" finement rayés de noir et jaune, noir et rose, jaune et vert, qui faisaient partie de la tenue matinale imposée aux valets de chambre? Leur étoffe est d'usage, et vous les trouverez charmants, retouchés à votre taille, amputés des manches noires...
Il était autrefois - je vous parle de 1938 - un tissu de toile verte, verte comme le seigle jaune, verte comme la chenille du chou, et réservée aux tabliers de cordonniers.. Il y avait une sorte de percale quadrillée, d'un mauve délicat, dévolue aux garçons bouchers... Il y avait ce bleu charmant, qui conviendrait si bien à l'été proche, ce bleu, plus touchant à chaque lavage, d'où l'on tirait les salopettes... Utiles ou inutiles, mes suggestions montrent ma bonne volonté.

6 commentaires:

  1. Oui, les livres de Colette sont toujours des régals! Je n'ai jamais entendu parler de celui-ci, mais je trouve que ton extrait relate bien l'esprit d'une couturière volontaire de donner une vie ou, une seconde vie, à ses tissus! L'imagination ne va pas sans la couture me semble-t'il! Tu l'as écrit toi même: "Imagination versus consommation"! J'ai fini mes protèges théières si j'ose, et quand j'aurai réalisé les sets de thé, je t'enverrai une petite photo! J'ai hâte de voir le tien!

    RépondreSupprimer
  2. Un bel extrait. Pleins de détails parfait pour encourager l'imagination, je comprends que tu savoures.
    Pour ce qui est du tricot, avec un article de retard, chez moi sur le canapé façon cocoon, j'ose pas encore l'emmener au boulot.
    ^__^
    Belle soirée Mathilde et bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  3. Tiens ça me donne envie de lire du Colette moi qui n'ai jamais lu aucun de ses livres! Vas savoir pourquoi? Pourtant j'adore me plonger dans un bon bouquin... Lequel tu me conseillerais en 1er?
    A bientôt et bonne soirée.
    (C'est sûr que tricoter au lit est loin d'être sexy! ! !)

    RépondreSupprimer
  4. Une bonne idée de lecture quand j'aurais fini la pile de livre "à lire"!!! Merci.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cette courte lecture ça m a beaucoup plu :)

    RépondreSupprimer
  6. @ Marie* : Oh, s'il te plaît, envoie-moi des photos, je sèche grave sur le mien!!

    @ Claire : Oui, je le savoures avec un chocolat chaud, sur le canapé, comme toi avec ton tricot!

    @ Déborah : Je t'en conseillerai deux : "Claudine à l'école", le premier de la série des Claudine, où elle raconte son enfance et les histoires de son école. Je l'ai lu des dizaines de fois. C'est beaucoup moins innocent que cela peut en avoir l'air. Si tu aimes les description du quotidien et des jardins et campagnes, tu seras servie! L'autre serait "Le Blé en Herbe", je l'aime moins, mais il est très connu... Et puis "La retraite sentimentale", et aussi "La chatte", si tu as un chat!

    @ Loreille : J'espère qu'il est encore édité! Sinon, à toi les brocantes et les vides-greniers pour le trouver!

    @ Pollita's : ravie que cela t'ai plu! Je me suis retenue pour ne pas vous recopier le bouquin en entier...

    RépondreSupprimer